Le Flageolet x Piqtus

903141_693684120659848_1478989228_o
Une fois n’est pas coutume sur ce blog, nous partons à la rencontre d’un jeune entrepreneur, Sylvain, animé par la même passion que nous de la couleur et de l’originalité
Comment vous est venu l’idée de cette marque ?
Au départ, une envie de créer nous-même nos nœuds-papillons parce qu’on n’en trouvait pas à notre goût, de suffisamment originaux tout en restant classe…
Pourquoi ?
Pour prêcher au monde entier la religion du nœud-pap’ en brisant les codes du classique et en réinventant cet accessoire.
Pourquoi avoir choisi ce nom !?
Le Flageolet, c’est un symbole français qui fleure bon le terroir,et en même temps un pied de nez à la bienséance, ce qui nous va bien.
Comment sont sélectionnées les matières premières ?
Un à un, les tissus sont palpés, soupesés, humés et chinés de nos blanches mains, avec la plus délicate des attentions. On est très exigeants dans le choix de nos textiles comme dans l’alliance des matières qui composeront nos modèles, pour que chacun soit unique.
 1395840_694030523958541_1634705404_n
Qu’est ce que le Flageolet fait de mieux que les autres ?
De vrais nœuds-papillons à nouer soi-même, qui font de vous un dandy moderne.
Une offre sur-mesure où les futurs élégants sont accompagnés dans la moindre étape de fabrication de leur collection particulière.
Mais aussi l’humour et des jeux de mots foireux.
Quel est le rapport entre un porte-carte et un nœud pap’ ?
C’est le petit plus qui change tout, le détail qui fait de vous quelqu’un d’originalement chic.
C’est l’accessoire qui fait la différence, un accessoire pas ennuyeux, qui par une seule touche de couleur revisite sa famille d’accessoire.
Maintenant, sirotez ce cocktail nonchalamment, un Flageolet au cou, et au moment de régler, montrez que vous en avez dans la poche en brillant avec votre SLIM BOY. Avec un B, comme Bariolé.
Une anecdote croustillante ?
Dans le fumoir d’un boite, on a croisé un jour quelqu’un qui nous a branché le lendemain sur un groupe qui sortait son premier disque. Quelques mois plus tard, on était sur le plateau de Taratata avec le groupe Elephant, pour leur première télé ! On terminera sur leur dernier clip… coloré bien sûr ! http://www.youtube.com/watch?v=p78XU_52bZ0
Et en attendant, il est toujours temps de profiter du concours Piqtus x Le Flageolet
669efe3f-3513-4521-825f-a7b5cee2ae1bwallpaper
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Je brandstretche, tu brandstretches, nous brandstretchons…

parfums-maison-laduree-1Qu’on se le dise chez PIQTUS, on adore les macarons ! Les vrais ! Hein ! Pas les bouchées cotonneuses, trop molles et trop sucrées qu’on sert désormais dans le premier pince-fesse venu ! Non ! Les macarons aux milles couleurs, peps,  gourmands, craquants dehors, fondants dedans. Ceux pour lesquels on ne reculerait pas devant Ladurée d’une file d’attente, ceux dont Hermé est l’apôtre.

On aime les macarons donc !

Mais quelle idée saugrenue a bien pu traverser la tête de celui qui décida d’en faire un parfum ?

Passons sur les risques de se faire dévorer par une horde de touristes nippons, ni mauvais d’ailleurs, bouleversés par votre parfum menthe poivrée ou choco-passion.  Mais, ne croyez-vous pas qu’une telle maison excelle lorsqu’elle est légitime ? Chez PIQTUS, on a bien pensé à vous proposer des cravates ou des caleçons en cuir, même si d’autres le font, nous on préfèrera toujours vous proposer des produits sans concessions !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

On veut de la couleur (bordel) !

lacouleurpourtousChez PIQTUS, on milite pour le droit à la couleur pour tous !

Il faut se rendre à l’évidence, pour les hommes la couleur est un mirage.

Que pourrait-on dire d’autre quand le port de chaussettes rouges est encore considéré, dans de nombreux endroits, comme un acte quasiment subversif ?

Il suffit de se poster, en semaine, dans n’importe quelle rue passante de France pour constater, qu’en matière de mode masculine, les tonalités prédominantes sont, nous dirons pudiquement, sobres. Chez PIQTUS on pense ternes.

Qu’es- ce que cette machination ?

Est-ce le meilleur ami de l’homme, la femme, qui a fait main basse sur le nuancier ?

Sont-ce nos amis financiers, pour lesquels le port de chaussures marrons est déjà une atteinte au système, qui non contents de contrôler le monde, souhaitent aussi s’édicter en fashion police ?

Est-ce tout simplement nous-mêmes qui nous automutilons de la couleur ?

Diantre et pourquoi ?

Il fut une époque où porter fièrement l’écarlate, le pourpre, le rutilant n’était pas le signe d’une trop grande exposition aux filières littéraires mais bien celui d’une puissance assumée. Ou savoir twister par un brin de couleur les plus grands classiques était le comble du raffinement. Il est temps pour l’homme de revendiquer son droit à la couleur. Marre de la vie en noir et blanc !

C’est pour cela que chez PIQTUS on vous propose des accords de couleurs, rien que des accords de couleurs, délicats et élégants, permettant à chacun d’affirmer son bon goût et sa personnalité.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le hamburger ce portefeuille comme les autres

Vous avez beau mettre deux tranches de pain relativement fines, si vous vous efforcer d’y faire tenir 2 steaks, une compotée d’oignons, 2 tranches de cheddar, quelques-unes de tomate, un émietté de blue cheese, quelques rondelles de pomme, de la salade, un peu sauce BBQ et un peu moutarde, il finira par excéder la taille de vos mandibules, aussi décontractée qu’elles puissent être.

C’est un fait. Et bien il en est malheureusement de même pour votre portefeuille.

Il est toujours quelqu’un pour nous dire « mon rêve c’est un portefeuille le plus fin possible, qui tienne dans la poche d’une veste sans la déformer » et de nous sortir une brique contenant vraisemblablement 10 ans de tickets de caisse, 20 cartes de fidélité, pass navigo, badges d’accès, chèques à encaissés depuis 6 mois, cartes de membre diverses, 1kg de pièces jaunes…

Malheureusement, et depuis longtemps le contenant s’adapte au contenu, et cela risque fort de durer. Il n’est qu’à voir la différence entre votre sac et celui de votre bien-aimée, une veille de WE, alors qu’ils sont strictement de modèles identiques.

Voici donc quelques règles pour optimiser le contenu de votre portefeuille (les plus pointilleux pourront se référer à la méthode des 5S) :

Soyez indulgent (et honnête) avec vous-même.

La dernière fois que vous avez pointé vos relevés bancaires, vous payiez encore en francs. Il est temps de reconnaitre qu’il n’y aura jamais de « bon moment » pour ressortir 10 ans de tickets de caisse. Jetez-les. Profitez du temps gagné pour flâner l’esprit enfin libre.

Soyez ingénieux.

Il est évident que lorsqu’une délicieuse hôtesse vous propose, en laissant seulement adresse, mail et numéro de téléphone, de pouvoir profiter d’avantages époustouflant, il est difficile de refuser. Mais à force, les cartes de fidélité s’accumulent sans pour autant vous gratifier des dits avantages époustouflants. Qu’à cela ne tienne, il serait dommage de ne pas avoir la bonne carte sur soi, le jour de l’opération éclair « 15% en caisse pour tous les porteurs de carte fidélité YALAA ».

Alors on s’accroche à nos talismans censés nous ouvrir les portes d’un monde de jouissance et de prospérité.

Quitte à les avoir sur vous, scannez-les avec l’application FidMe, par exemple, elles prendront moins de place dans votre téléphone !

Soyez désinvolte.

En plus de vous épuisez à courir, taper dans la balle, nager, boxer, danser, les cartes de membres encombrent votre portefeuille. Abandonnez. Vivez léger.

Ne soyez pas radin.

Vous ne savez jamais que faire des pièces de monnaie qui vous encombrent, déforment vos poches et que nous vous ne retrouvez jamais quand vous en auriez besoin. Laissez-les systématiquement en pourboire, vous serez plus léger.

Maintenant que votre portefeuille a retrouvé la finesse de ses jeunes années, vous pouvez le glisser dans votre poche de veste, sans risquer de la déformer.

De rien.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Héros – Boulot – Dodo

Il faut bien admettre que l’homme en passant du statut de nomade, chasseur cueilleur, à celui d’individu sédentaire laborieux a non seulement abandonné une part de sa grandeur d’âme mais surtout que, ce faisant, il s’est considérablement compliqué la vie ; tout en facilitant celle des marques toujours prêtes à proposer de nouveaux accessoires.

Notre ami néanderthalien, traversait les immensités paléolithiques muni de son seul arc, de quelques flèches et d’une peau de bison recouvrant ses flancs. Il n’avait pas encore nécessairement débattu de l’importance du cru et du cuit pour la civilisation. En avait-il même conscience ? Et peu lui importait de briser, perdre ou donner ses objets fétiches, il y aurait toujours un arbre pour tailler flèches et arcs et un bison pour se laisser transformer en gabardine.

Oui mais voilà, il a fallu que l’homme se sédentarise, qu’il se crée un abri en dur, l’ennui et le mariage aidant il a fallu qu’il l’équipe, et comme l’homme est homme, il lui a fallu le meilleur en hifi, tv, informatique, qu’importe qu’il ne sache pas s’en servir.

Et puis toute cette technologie est devenu portative, et l’homme ne pouvant reculer devant un nouvel achat « techno » s’est convaincu qu’elle lui était nécessaire pour voyager plus léger. Et voilà que notre fier conquérant, qui autrefois, allait et venait muni que quelques morceaux de bois taillés et ceint d’une peau de bête, se retrouve équipé d’ordinateur portable, téléphone, baladeur, appareil photo, livre numérique, tablette, qu’il lui faut encore protéger, agrémenter, enjoliver à l’aide d’accessoires.

Tout cela pour se libérer !? A croire que la théorie de l’évolution n’est qu’une vaste conspiration marketing.

Chez PIQTUS on vous propose l’essentiel, rien que l’essentiel, dans des designs sobres et élégants, pour laisser s’exprimer le guerrier intrépide qui est en vous.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Destin d’une peau de vache

Pour un néophyte, il faut bien avouer qu’entre une vache paissant paisiblement dans son bocage normand douillet et le dernier it bag propre à rendre hystérique toutes les fashionistas du monde, il n’y a que peu de points communs.

Et oui, cela se saurait si nos amies mugissantes cachaient sous leur robe pie un imprimé monogramme. Soit.

Et pourtant, c’est à ce mammifère indolent, qui n’évoque rarement que la perspective d’un beurre à l’échalote et de quelques frites au comptoir d’un bistro, que l’on doit les beaux écrins de ses dames. Et en passant, de nombre de nos  accessoires dont nous sommes si fiers, choisis avec le plus grand soin, bichonnés, aimés, rêvés et qui sont censés nous distinguer de la masse, révéler au grand jour notre je-ne-sais-quoi , notre élégance, notre classe. Mais l’air de rien, hein, on n’est pas des nanas !

Mais alors comment la vache devient cuir ? Voici les grandes étapes, librement interprétées.

1ère étape : le travail de rivière

Pour cela il faut déjà que le pauvre animal passe de vie à trépas. Désolé. Pas de cuir végétarien donc.

Il est ensuite séparé de sa jolie peau qui est salée et envoyée au tanneur qui va offrir à notre amie la peau de vache un véritable séjour thalasso.

La peau qui était fort déshydratée suite à son exposition au sel, va retrouver sa souplesse naturelle dans un gentil bain. Une fois retrouvée la tendresse de ses plus belles années, la peau sera épilée, puis écharnée pour éliminer tout le tissu sous cutané, les restes de graisse ou de viande. Viendront ensuite quelques étapes techniques qui permettront à la peau d’aller se faire tanner.

2ème étape : le tannage

La peau va prendre plusieurs bains avec des tanins qui vont permettre de la faire passer d’une matière putrescible, sensible à l’eau chaude et très hydratée à une matière imputrescible, résistante à l’eau chaude et peu hydratée. En gros, s’il y avait encore un doute, cela évitera à votre porte-document de meugler en plein Copil, ce qui peut être du plus mauvais effet.

3ème étape : le finissage

Et enfin, le (désormais) cuir passera par plein d’autres étapes lui permettant de s’éloigner de son destin de bête des champs pour se rapprocher de celui de bête de mode : triage, teinture, refente, et j’en passe. Avant d’aller se faire magnifier chez PIQTUS (ou d’autres.).
Et voilà comment une vache devient cuir.

La preuve qu’avec du courage, des efforts et de l’acharnement on peut faire de grande chose.

Une belle leçon de vie en somme !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Mes 15 (mauvaises) raisons d’être devenu entrepreneur

  1. A force de parler : KPI, BCase, deliverable, matrix, draft, quick win, SWOT, Waterfall, Lean, je me suis pris pour Steve Jobs
  2. Je voulais une bonne raison d’acheter un Ipad
  3. Faire chier mon banquier
  4. J’ai raté HEC
  5. Mes fins de mois manquaient de panache
  6. Je préférais travailler dans mon garage
  7. J’en avais marre du café à la machine
  8. C’est ma seule chance de payer l’ISF avant 30 ans
  9. Je suis de la génération Y
  10. Les richelieus me font trop mal au pied
  11. Mon patron ne me méritait pas
  12. C’était ça ou père au foyer
  13. Rendre fiers mes parents
  14. Le changement c’est maintenant
  15. Faire le malin dans les dîners
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire